• Jacques Heurtier

Lettre ouverte à René Descartes

Mis à jour : mai 15

Edwige avait beaucoup de choses à dire, à écrire.

Elle aimait se concentrer en écoutant les rires et les propos du personnel dans le couloir ou au salon.

Elle savait qu’elle avait un devoir de mémoire envers les générations suivantes.

Elle trouvait que la fin du XXe siècle avait accouché d’enfants « mals dans leur peau ».

Ils psychologisaient à longueur de temps, cherchant toujours à savoir pourquoi ils étaient comme ils étaient.

Il était temps de le leur dire…


Elle écrivit :

Cher René,

Je ne suis pas pressée de connaître l’opinion qu’ont de moi, les autres. Je ne me livre que rarement à l’introspection sinon pour relativiser quelques colères et craintes.

Le secret, telle est la clef.. Je suis un être changeant, dont les secrets s’empilent dans un jardin.

Pourquoi donc voudrais-je connaître les raisons profondes de mes désirs ? Ne devrais-je pas plutôt faire confiance à ma force intérieure ?

Je le dis à voix basse, car aujourd’hui, il est aujourd’hui impératif de confesser de ce que l’on est à haute voix et de le partager sur FB pour obtenir … des « like ».

Désolé, Descartes, mais en premier lieu, je suis.

Ensuite, je pense.

Mais, cher René, tu as encore beaucoup de followers. L’on entendra encore longtemps les plaintes irraisonnées sur un soi que l’on tente de circonscrire, de disséquer, voire d’agonir.

Des plaintes d’esprits que l’on torture, que l’on disloque…La quête de la vérité est semblable à celle de l’excellence : une illusion délicieuse et délétère.

La quête de sens, elle, est légitime. L’important n’est pas de connaître les fondements de nos talents mais de les utiliser opportunément.

Les résultats légitiment la méthode. On ne part pas de l’universel, René, on y accède, généralement malgré soi.

Ensuite, René, nous sommes des adeptes de cette mauvaise foi chère à ton arrière-petit-fils, Jean-Paul.

Moi, j’ai décidé de ne plus chercher le jour de mes quatre-vingt ans et je sais désormais qu’avant tout je suis et qu’ensuite seulement je pense.

Merci de ta lecture.

NOUS CONTACTER

  • LinkedIn ANFG
  • Facebook ANFG
  • YouTube ANFG

ZAC Parc Eurêka

876 rue du Mas de Verchant

34000 MONTPELLIER

04.67.20.84.42

anfg34@orange.fr - info@anfg.fr

Site édité par l'ANFG

et hébergé par : Wix.com ​